Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Essai sur massage et sexualité

Ce petit texte est un travail de base tentant de poser par écrit pourquoi sexualité et massage ne vont pas de paire.

Quand on vous caresse le bras quelques secondes de façon délibérée c'est déjà faire montre d'une attention toute particulière à l'autre. Ce geste est l'unité de mesure du massage, une sorte de masso-unité. C'est un micro-massage autonome. Quelque soit sa durée il est un massage à part entière, c'est l'intention et non la durée qui le détermine.

La séance de massage se caractérisera par la démultiplication de ces micro-massage, de gestes d'attentions, de reconnaissances corporelles qui se développent dans un espace temps indéfini se déterminant par l'intention mais aussi par la durée.

La caresse subreptice est une unité de massage mais elle n'en est pas le tout. C'est cette multiplicité de gestes qui, selon moi fait le massage. Ce qui la différencie de la caresse sexuelle c'est son intention ou son interprétation par l'autre selon la charge émotionnelle ressentie.

la masturbation dans le massage, si elle peut être identifier comme un massage par exemple dans le tantrique elle est légitimement assimilée comme un moment constitutif de la sexualité. Elle est une des unités de mesure de la sexualité dont la multiplicité de ces unité compose une relation sexuelle.

Le sentiment de frustration, de gêne perçu par les personnes ayant eu ce que l'on nomme dans le massage « une finition » provient du fait d'avoir voulu Isoler cette intention sexuelle du reste de ses attentes qui elles sont connues.

En effet, pour moi la démultiplication des gestes massants dans une intention de relaxation est assez mal connue des personnes. La rareté de ces instants, la durée de la prestation et la qualité d'empathie du masseur rend l'évènement unique. Les gens ne sont souvent pas dans l'attentes parce qu'ils sont dans la découverte, dans l'écoute, dans l'apprentissage de ce qui est nouveau.

Dans la sexualité l'acquit amène de fait une frustration lorsque l'on a pas obtenu le résultat de satisfaction auquel on s'attendait. La finition en massage ne comblera non seulement pas cette attente mais amplifiera le sentiment de malaise et d'inachèvement. Pourquoi ? Parce qu'un massage abouti ne produit jamais une plénitude sexuelle aboutie.

Dans l'apprentissage de l'expérience nous cherchons toujours l'équivalence.

La personne peu habituée à se faire masser cherchera toujours dans ce qu'elle connaît, ce qui se rapproche le plus de cette expérience sensorielle, elle cherchera des équivalences afin d'ordonner, de classifier ce qu'elle à ressentie. C'est la sexualité, vrai-faux frère jumeau du massage qui s'impose par sa similarité. Massage et sexualité vont dans le même sens mais pas dans la même direction. Le massage et la sexualité ont à peu près les même interfaces et les mêmes champs d'action mais si leur finalité est commune, bien-être, extase corporelle, les moyens d'y parvenir sont différents.

L'implication de l'autre nécessite un parallélisme parfait entre masseur et massé mais la fusion des corps, vieux clichés d'alchimistes, reste illusoire. Ce sentiment que l'on éprouve dans l'amour et que l'on approche dans le massage se morcelle dans l'opposition des rôles car même si ils se complètent ils n'en restent pas moins distincts. Ainsi, le sens du massage comme celui de la sexualité est celui de l'expression sensitive mais leur direction les amènent dans des lieux très différents précisément à cause de l'absence de ce parallélisme. l'un ne se trouve pas là où l'autre est et où ils étaient sensé se retrouver. La lecture du touché n'est donc plus la même, l'un écrit selon les caractères de son massage et l'autre le lit selon le prisme de sa sexualité.

Je tends à penser que les responsabilités sont partagées de façon certes plus ou moins consciente. Il est en effet fréquent que la propre "écriture" massante du praticien soient influencée par sa propre sexualité ou l'expression consciente ou non de l'autre.


Fort contrast qualitatif entre massage abouti et sexualité isolée.

Lorsque le massage est mené à son terme, au sentiment de plénitude se joint un désir diffus que la sexualité selon ses déterminismes connus serait en mesure de calmer. C'est à cet instant que les objectifs deviennent conflictuels entre aboutissement du massage et ré-interprétation des intentions premières. Aller dans le sens de cette attraction soit-elle commune est une dérive qui sera dans la plus part du temps sanctionnée par le malaise. Au sentiment de total accomplissement du massage fera place à un sentiment d'inachèvement de ce que l'on s'était attendu d'un niveau qualitatif équivalant. C'est que les intentions premières ne correspondaient pas.

Alain Cabello

Commentaires

  • Les informations sont très utiles,en réalité, il nous est d'une grande importance de se faire masser par les professionnels pour que le corps puisse retrouver sa forme

Les commentaires sont fermés.