Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Absolutam et separatam potestatem in corpus

     EN COURS D'ECRITURE
    LA LECTURE DE CE TEXTE SERA INCOMPLETE
     

    Le pouvoir absolu et indépendant sur le corps
    Absolutam et separatam potestatem in corpus

    a8987550f00138f6b70f7a702e10b074.gifIl ne s'agit pas là de vilipender ni la corporation des masseurs kinésithérapeutes, leur ordre, les kinés eux-mêmes ou leur pratique reconnue mais seulement de penser le corps, aujourd'hui, autrement qu'hier dans une société dans laquelle les codes ont radicalement changés. Les ordres-socio-professionnels se sont constitués pour défendre les intérêts de leur adhérents et non pour conserver coûte que coûte des acquis qui visiblement nécessitent des aménagements. Personne ne peut imaginer un seul instant que la loi restera ce qu'elle est c'est à dire l'expression de la protection d'une corporation au mépris même de toutes les autres. Le développement des massages en France isole de fait la kinésithérapie et la fragilise dans le respect qu'elle se doit d'exiger des textes de loi. En effet, il devient matériellement impossible à leur ordre de poursuivre en justice l'ensemble des acteurs du massage utilisant le vocable légitiment contesté de massage. L'autorité plein et entière de cette corporation ne pourra s'exercer que dans la redéfinition claire des termes qui la qualifie et en protège les bénéficiaires que nous sommes. Techniquement elle en dispose aujourd'hui de trois, Masseur-Kinésithérapeut-réeducateur et la remise en cause du premier, qui de plus est le plus communément utilisé pour qualifier un acte et non une technique, ne saurait mettre en danger la santé publique, ou prédisposer à l'amalgame.
    De plus, le qualificatif d'enveloppement censé remplacer celui de massage qui nous est contesté n'est qu'un synonyme qui ne nous autorise pas pour autant à la manipulation des tissus. Ainsi, dans le terme générique du mot massage auquel on exige d'avoir naturellement accès doit impliquer la pratique qu'il sous-tend.

    Dans les faits 

    1. Personne aujourd'hui ne confond massage traditionnel et kinésithérapie
    2. Personnes pensant massage kinésithérapeutique ne pense massage de confort, relaxation
    3. Personnes souffrant de douleur nécessitant des massages ne pense autre chose que kinésithérapie
    4. Aucun massage traditionnel n'envisage de pratiquer un art qui n'est pas le-leur
    5. Aucun massage traditionnel n'est dans la contestation de la pratique kinésithérapeutique
    6. Dans la pratique, ni la chiropractie ni l'ostéopathie ne rivalise dans l'esprit des gens avec la kinésithérapie
    7. Personne ne remet en cause l'exclusivité de la pratique kinésithérapeutique par les kinésithérapeutes

    Etre sans alternative que la kiné... Nous ne remettons pas en cause par ces revendication le métier de kinésithérapeute aunsi que la technique qui est jointe.