Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ne brouillez pas votre massage

    On ne peut pas dire massage no sexe au téléphone ou sur son site et finir à 4 pattes en fin de séance. La masturbation en France n'est pas un délit, pratiquez ce que vous avez envie de pratiquer mais ne virez pas de bord en permanence au risque de vous heurter aux récifs de l'illisibilité de votre activité.

    Ce n'est pas pareil de masturber son client selon qu'il est, reste ou devient dans votre esprit, client ou personne, et point encore la même chose lorsque dans le secret de la sienne, vous êtes, restez ou devenez, masseur ou prostitué. Ce n'est toujours pas la même chose que de masturber son pénis en prolongation de séance que dans la durée qui devait normalement être dévolue au massage proposé. Et l'acte de prostitution sera certainement d'avantage consommé lorsque vous proposerez de le masturber en guise de massage ou si celle-ci intervient en supplément de la prestation.


    C'est comme pour la corruption, elle a ses marqueurs propre que le comportement caractérise. Je ne dis pas que la masturbation en massage soit une corruption du massage mesurée à l'aune de la qualité du professionnel que je suis, je dis juste que le curseur dédouane souvent de toute formation et comme il ne suffit pas de savoir écrire pour être écrivain, il ne suffit pas non plus de se dire masseur pour l'être tout-à-fait. Masser en masturbant est tout aussi légitime que de masser en appuyant, en pétrissant et autre palpation en tout genre que l'on puisse développer pour faire réagir de façon diverse le corps. Simplement, lorsqu'une technique attachée à un résultat donné [la masturbation], pratiquée dans les mêmes conditions, pour la même finalité, contient les germes de l'appauvrissement et le qualificatif attenant [prostitution].

    Prostitution ou massage, prostitution par massage, qu'importe, ce n'est ni un drame, ni une atteinte à notre profession comme j'ai pu l'écrire dans des papiers plus anciens, marquant mon propre cheminement. Je tente de dicerner dans ce qui détermine les tenants et les aboutissants d'un métier aussi ancien composé de mille techniques telles que les massages les suscitent depuis leurs origines et l'essentialité du message qui peut résulter de la sexualité. Le sexe n'est pas réducteur, il est juste constituant de l'homme mais l'intensité sa lumière, sa permanence voile toutes les autres étoiles qui constituent notre corps. Que cette lumière attire ou révèle, aussi intéressant que cela soit, n'est pas suffisant pour que l'on s'en satisfasse sans souhaiter jamais en comprendre les mécanismes et combien tout ce qui entoure cette aura de sexualité est tout aussi vital à son expression.
    Alors est-ce que le sexe est complémentaire du massage. Comme Simone de Beauvoir s'élève contre la complémentarité supposée des femmes face aux hommes qui aurait pour signifiant la présence d'un Tout auquel elle ne peut se réduire à cause du déterminisme qu'il implique, il serait, en massage, tout aussi risqué de considérer le sexe comme complémentaire à la relaxation d'un Tout corporel qui ne ferait que satisfaire le déséquilibre déjà très marqué qu'il y a entre masseur et massé et entre corps perçu et le corps voulu. La perception du corps massé ne doit pas se laisser enfermer dans le corps voulu, résolument tourné vers la seule résultante de la sexualité. L'attrait de la récompense est une dégradation, moins pour le statut que le ressenti profond de l'exécutant. Est-ce que le résultat seul compte au détriment de la complexité des rapports humains au vu du bénéfice final ? Ca c'est le coeur de ma position éthique, mais reste à articuler ce droit qu'a chacun de procéder aux finalités qu'impliquent leur propre processus de réflexion et de construction. Certains s'en contenteront à défaut de connaître ou d'anticiper les conséquences que cela peut avoir sur leur équilibre, subordonnant le malaise liminaire à la réalité économique plus remarquable. Nous voyons bien que les qualificatifs stigmatisants qui accompagnent l'exercice de la prostitution n'a de sens que pour asseoir les normes morales d'une majorité qui s'annonce tout-à-fait étrangère à de tels comportements, même si elle en est la première des consommatrices. Le massage est une façon élégante de tenter de résorber ce passif social pour échapper aux regards de l'autre, mais la forme lisse qu'on tente de lui donner, outre le risque qu'elle comporte de déplacer l'index des accusateurs vers nos professions, constitue toujours la surface d'un durillon socio-professionnel dont l'épaississement de la corné est la seule manifestation apparente de la conscience d'un malaise. L'intèrieur de ce durillon représenterait dans cette image que je propose, toute la partie inconsciente de cette pratique.

    C'est à chacun de nous de se poser la question de la finalité de nos activités humaines. La publicité que vous faite dépend de votre travail et de ce que vous allez proposer...
    Payer pour avoir un encart publicitaire dans un journal, c'est payer pour avoir une visibilité publique, mais perdre un client parce que vous n'aurez pas voulu aller dans le sens de ses envies, c'est aussi accepter de payer pour une visibilité plus efficiente, celle-ci dans le tête même de votre clientèle. Dire non, c'est une forme de choix visuel. Dans la création de ce visuel, vous allez discriminer une partie des couleurs, des images non conforment, malgré leur attrait, au profit d'en ensemble plus cohérent. Plus vous chargerez par la couleur et par l'écrit, plus le message se dispersera, chacun comportant sa part d'information.
    En massage il s'agira de discriminer un certain nombre de comportements dont la diversité et les finalités n'iront pas dans le sens de la cohésion de votre équilibre. Dites-vous bien qu'à ce stade, il ne faut pas parler de type de clientèle mais seulement de comportement de clientèle. Lui sera toujours dans la situation de chercher votre rythme parce qu'il souhaite rejoindre un univers approchant celui que vous proposez. Sachez imposer votre façon de travailler sans avoir à détourner le regard. Que vous soyez prostitué ou que vous ne souhaitez pas que vous soit opposé ce qualificatif parce que la finition à laquelle vous procédez  ne vous semble pas relever des moeurs que l'on prête à ce terme, c'est à vous de l'imposer. Mais sachez analyser ce que vous faites et défendre votre métier.

    Le massage est plus primitivement un instinct qu'un art de vivre qu'on aurait par la suite élaboré. C'est comme la peinture qui est instinctivement un mode de communication que l'art pictural qu'il est devenu.
    C'est pour cela que la FNEMF souhaite représenter les intérets des professionnels du sexeen massage. Ne pas représenter cette sensibilité, c'est en nier l'existance et emplifier le faussé entre les personnes.

    Alain Cabello
    Mercredi 9 avril 2009