Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Et si la fleur des masseurs était la Pivoine ?

    Pivoine_fleure_des_masseurs1.jpg

    Dans la mythologie grecque et romaine nous n'avons pas suffisamment de traces de massage pour passer à côté de celle-ci que nous restitue l'ouvrage de Nicolas Andry au premier tome de son Orthopédie de 1741 dont le CFDRM dispose d'un très bel exemplaire. En fait, Andry rapporte les propos de M. Scévole auteur de Pédotrophie de 1583 au sujet d'Hercule, victime d'une crise épilepsie, devant les yeux d'une Nymphe, fille de Péan qui va s'employer à la lui faire passer par les plantes qu'elle ramassait et l'art du massage...

    Nous vous restituons ce passage de la page XLII et XLIII :

    "Après ces réfléxions, on remarque que plusieurs grands personnages ont été attaqués du mal caduc ; sur quoi on cite César, Mahomet, Hercule. On rapporte au sujet de ce dernier [Hercule], ce que dit la fable, à savoir qu'une fille de Péon descendue d'Apollon, la plus considérable des Nymphes, ayant par hazard ses mains pleines d'herbes médicinales qu'elle venoit de cüeillir, apperçût ce Héros, du haut d'une montagne, lequel frappé d'Epilepsie, étoit étendu par terre sans pouvoir se relever ; Qu'elle accourut aussi-
    page XLIII

    tôt à son secourt, lui nétoya la bouche, lui dessera les dents, & avec de l'huile d'amandes qu'elle avoit sur elle, lui frotta le col, les mains, la région du coeur ; Qu'enfin elle lui mit sous les narines, des feüilles de rue ; il revint à lui, & qu'ayant alors reconnu la Nymphe, il lui adressa ces paroles :
    «O Excellente Fille ! Quel est le Dieu qui vous a envoyé pour me délivrer d'un mal si cruel ? S'il est vrai que Jupiter soit mon , & qu'il me doive un jour recevoir dans le Ciel, j'aurai pour vous, lorsque j'y serai, toute la reconnaissance que je vous dois ; cependant afin que cet horrible mal ne me reprenne pas, dites-moi, je vous conjure, ce qu'il faut que je pratique pour m'en préserver à l'avenir...»
    .

    Hercule est l'équivalent romain de l'Héraclès, le fameux héros grec aussi réputé pour avoir souffert d'épilepsie et en l'état actuelle de mes connaissances je ne suis pas en mesure de certifier qu'il y a une équivalence grecque de cette histoire.

    Quoi qu'il en soit, cela ne change rien au fait que nous avons un héros romain, Hercule, frappé d'une crise d'épilepsie qui se retrouve entre les mains d'une Nymphe masseuse... Le texte qui nous est communiqué ne me permet pas d'identifier le nom de la Nymphe mais il nous précise qu'elle était une des filles de Péan, descendue d'Apollon. Cela explique qu'elle ramassait des herbes médicinales "& avec de l'huile d'amandes qu'elle avoit sur elle, lui frotta le col, les mains, la région du coeur".

    Dans cette fable nous avons rien moins qu'une Nymphe massant le cou d'Hercule, ses mains mais aussi son torse avec de l'huile. L'anecdote ne s'arrête pas là puisqu'Hercule reconnaissant demande «cependant afin que cet horrible mal ne me reprenne pas, dites-moi, je vous conjure, ce qu'il faut que je pratique pour m'en préserver à l'avenir...». Hercule demande à apprendre ces frictions et donc de l'auto-massage thérapeutique.

    Cela lui fut accordé et la Nymphe lui promis que s'il se conformait à son enseignement jamais plus il n'aurait à souffrir de ce mal. Le massage lui permis de se remettre mais il n'est pas précisait s'il lui fut communiqué autre chose que ce qu'elle venait de faire pour le soigner, quoi qu'il en soit, si l'on s'en tient aux applications décrite, alors Hercule c'est massé ou auto-massé tout au long de sa vie.

    "Hercule ne l'oublia pas ; car plusieurs années après, ayant été reçu au nombre des Dieux, & la voyant sur l'âge, il songea à empêcher qu'elle ne devinst la pâture des vers. Pour cela, il la métamorphosa en une herbe qui fut Pivoine,& à laquelle il donna la propriété de guérir par son suc le Mal Caduc, autrement dit l'Epilepsie."

    Ainsi, je propose que la fleur des masseurs et des masseuses soit donc cette Pivoine, Nymphe devenue masseuse d'Hercule.
    Donnez-moi votre sentiment et laissez vos courriels.
    Notre saint pourraît être Saint-Jean Porte Latine voir Le Saint-Jean des masseurs.

    Papier écrit par Alain Cabello dans le cadre de l'étude des textes anciens du CFDRM.
    Paris le dimanche 25 mai 2009