Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L'analyse des sphères professionnelles, intimes et commerciales.

    Suzuki Harunobu, détail d'un Shunga, gravure japonaise érotique, vers 1750..jpg

    Postula
    Je pense que l'on peut tenter de distinguer 3 attributions possibles en massage qui permettraient de voir clair dans les questions de désir en massage, je propose :

    une entrée Professionnelle,
    une seconde Intime
    une troisième que je qualifierai de Commerciale. (c'est le plus important)

    Les deux premières sont parfaitement symétriques, opposées mais non inversées, elles impliquent la personne avec toutes les interactions qui peuvent passer de la sphère professionnelle à celle de son champ intime ayant prise avec l'affect, tandis, que le commercial lui relève de l'inverse, il permet de sortir des dilemmes de l'Être pour rejoindre les évidences d'un système.

    CONCRETEMENT
    Quelques points de références :
    par exemple dans la compréhension de la sexualité en massage, qui reste un de mes sujet permanent de réflexion, vouloir opposer l'intime au professionnel c'est manifester son intention de distinguer résolument les deux afin que l'identification reste stable et accessible lorsqu'on les sollicite. Malheureusement, les deux s'entre-mêlent de tant de rhizomes que l'incertitude demeure. En fait, ils ne permettent pas de sortir du dilemme profession et instinct alors que réinvestir le concept de commercialité en massage isole le sujet habituellement conducteur. Ce tiers vient s'interposer comme un stabilisateur vraiment intéressant.
    L'idée est de formuler la question autrement que par les habituelles oppositions de genre qui mettent masseur et masseuses dans l'embarra. La commercialité c'est le principe d'échange commerciaux pris comme entité neutre.
    Le rapport sexuel en massage parvient toujours, bon an mal an à jeter quelques ponts pour tenter de rabibocher momentanément profession (le positif) et instinct (le négatif) parce qu'ils restent toujours en contact quelque part.
    Alors, Sens ou ab-sens ?
    La crudité des sens ne remplace pas la crudité de l'absense lorsqu'on palce le massage sur le terrain de la sexualité. Le contract suppose l'éloignement permanent.
    Par contre, lorsqu'on conscientise le fait que le ou la massée vient chercher chez vous une expertise, un établissement, un bouquet de formations, une éthique forcément engagée, cela éloigne le spectre des conséquences que pourraient avoir un rapport sexuel entre masseur(se)/massé(e). Ce n'est plus le moi intime se débattant avec le moi sensé être professionnel qui pose problème, c'est le moi commercial, fiduciarisé, porteur d'image de légalité qui vient renforcer considérablement ma confience et ma volonté d'être ce qu'on attend de moi.

    Commercialité ou enseigne reste préférable à l'idée de réputation qui véhicule une sorte de valeur bourgeoise basée sur de l'image, par forcément juste, alors que la commercialité implique le contract, l'engagement mutuel sur un donnant donnant.
    Attention, le massage reste un art de vivre et en massage français on ne parle pas de "Client" mais de personne, c'est là que prend fin l'utilité de l'emploi de ce néologisme jamais utilisé que comme flotteur destiné à départager l'intime et le professionnel et non comme une fin. Masser ce n'est pas gagner de l'argent pour avoir de l'argent, c'est trouver au travers du corps une base de dialogue délimité dans le temps.

    230729_196027560442621_100001061349429_580609_2466087_n.jpg

    La clairance
    En massage on appelle clairance la capacité qu'a quelqu'un de distinguer la pratique d'un métier basé sur le corps des désirs spontanés qui déstabilisent l'esprit, chamboulent les sens et déconstruisent progressivement l'idée que l'on se fait de soit. Si le sexe est toujours la conséquence de mon massage, alors qu'il ne devrait passer que d'un corps à l'autre sans retours intimes, cela implique un court-circuit, une agrégation pathogène à l'estime de soi. Non pas que le sexe en massage soi destructeur mais c'est plutôt la place qu'on lui donne dans sa pratique et la corrélation qu'on en fait avec une technique qui ne l'implique pas spontanément qui le bouscule.

    Ainsi, la dimension commerciale d'un massage n'est donc pas antinomique avec ses fondamentaux qui toujours se drape de gratuité tout détaché du matériel qu'il devrait être. Cela vient de la philosophie profonde qui irrigue l'ensemble de ces massages et du sentiment profond que l'on rescent quand on masse, de donner autre chose, de participer à plus que le verbe ne nous permet de l'expliquer et qui dépasse la simple rémunération.
    Un massage c'est le dialogue des affectes, c'est un verbe sans parole, encore plus primitif que de Dire, c'est du Faire au-delà de toute prédation.

    Cabello Alain
    Paris le : mardi 20 sebtembre 2011