Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Massages dans le monde

  • La fabuleuse musique du massage français

    Bel_enfant.gif

    Ne dites à personne que je pense que vous êtes spéciaux.

    La musique est un voyage tout comme le massage et les deux se complètent assez bien à ceci près que les gens n'ont souvent l'opportunité de choisir leur morceau d'autant moins qu'il faudrait qu'il change en fonction du moment, de la zone massée. Seulement dans ces instants-là, a-t-on seulement un titre en tête que l'on voudrait entendre ? Alors quoi mettre ? Ces sempiternelles musiques de la terre avec ses orages, ses pluies, ses océans et surtout ses oiseaux ? Vous n'imaginez pas ce que c'est pour un(e( masseur(se) que d'entendre à longueur de journée ces sonorités si belles à l'achat mais si, persistante au quotidien. Huit heures comme ça et vous avez l'impression d'être une sorte de Ingrid Bétancourt prisonnière d'une jungle inextricable poussant ses cris sauvages et inhôspitaliers. Le masseur a la troublante sensation de devenir progressivement, comme le Rhinocéros de Ionésco, un indigène pieds au nu, marchant à quatre pattes dans la végétation à la recherche des crottes de l'animal qu'il piste pour en faire son repas du jour ; c'est-à-dire, vous.
    Je soupçonne même les commandants des grands cargos qui dégazent dans les mers du monde, les marées noires, les usines montrer du doigt pour avoir pollué la rivière du coin, les cimentiers ou les promoteurs immobiliers d'êtres d'anciens masseur(se) en échec de traitement.

    Forme_hom.gifEn massage français le parti pris c'est pas de musique, ce sont les sonorités de votre corps qui génèrent les plus beaux des sons. Honnêtement, prenez la peine de vous projeter un seul instant dans cet interstice prodigieux qu'est le silence et d'y laisser s'installer les bruit du massage comme une nature qui reprendrait ses droits. Imaginer qu'elle résonance peut avoir l'idée même de se faire masser en écoutant le coulé du plat des mains sur votre peau, et de faire de ces sons un espace en soi. Prendre conscience que ces sonorités sont belles, sont une partie de vous et surtout, qu'elles sont puissamment aimées de votre masseur, c'est le must.

    En tant que masseur vous vous étirez dans un espace-temps parallèle dans lequel vous n'êtes déjà plus un masseur technique, ça faut l'oublié dès lors que c'est vraiment acquis et vous devenez à la fois une prolongation de l'autre en créant l'équilibre ultime masseur/massé et un fournisseur de son. Vous massez autant que vous vous écoutez masser, vous dépassez la graphie corporelle pour vous prolonger dans la folle intimité des sons. Là oui, nous sommes aux confins de l'érotisme le plus pur que votre conscience maintien dans ses lignes directrices.
    La gageure c'est que masseur et massé en ait conscience au même moment et qu'ils se savent mutuellement engagés dans le même processus commun.

    Ne voyez-vous donc pas la nécessité de la musique des hommes qui s'éloigne comme devenue superflue, juxtaposée à une autre plus vrais ? Le massage français c'est ramener le corps à ses fondamentaux, ne le forcez pas, ne l'entourez pas des élégances matérielles en superposition de celles intrinsèques à notre nature. C'est prendre ensemble conscience que le corps possède ses propres lois qui le rend beau quoi qu'il fasse. Même malade, même vieux, même mort, même en squelette blanchi par le temps, le corps reste d'une immarcescible beauté. Tant que nous n'aurons pas compris cela nos vieux seront en hôspice, nos malades mentaux seront cloîtrés dans leur unité de soins, le malade en fin de vie gardera son qualificatif de "légume" parce que nous ne savons pas penser l'homme dans sa ligne directrice partant de l'instant avant la vie à celui si beau qui me fait toujours être encore moi-même dans la mort. Un masseur qui masse est d'une "absolue beauté" qui doit avoir conscience des deux graphies qu'ils supporte. Il n'est pas beau tout seul, il est sublime par le groupe qu'il forme et qu'il déforme en bougeant sur un même lieu avec l'autre. Loin des canon de l'esthétique, je suis le mouvement, je suis la personnification du geste et cela, personne ne me le prendra.

    Donc, silence et pière de croire en l'autre comme ultime achèvement de notre métier de masseurs et de masseuses aux pieds nus. Attention je ne m'oppose pas à la musique, je viens de vous dire le contraire, tout est musique sans que l'on ait besoin d'en ajouter une autre, mais ensuite, qu'une rythmique autre que celle des battements naturels de votre coeur, des doigts glissants sur votre peau s'épanouisse comme une vraie entité m'est chère. Je voudrais juste qu'elle ne deviennent pas ce qu'elle est souvent en massage, une belle fille au début, qui se transforme progressivement en anorexique, orpheline que l'on n'écoute plus que d'une oreille et dont les plaintes deviennent une prison. Je pense que le massage vous met en situation d'écouter n'importe quel type de musique dès lors que la musique est vraie, franche sans ces graves que votre oreille finie par oublier à force de ramper et que les aigües font ressurgir comme une vielle fille sans tact qui ne sait pas s'éclipser. Le rap , la techno, le hardcore, l'opéra, la variété, la musique contemporaine, peuvent être de vrais partenaires mais un partenaire n'est pas une boniche.
    Mon rêve serait d'être massé entouré de danceurs, encerclé par le mouvement des autres et laisser mes yeux fermer confier à mon ouïe le soin d'entendre le velour de leur pas, les craquement d'un parquet et s'ils se ré-ouvrent un instant que masseur et danceurs ne soit qu'un seul mouvement.

    Nombrile_des_dieux.gif

    La musique est partout mais on ne l'entend plus suffisamment là où elle se trouve naturellement comme dans l'amour, comme dans le massage. Qui écoute les sonorités multiples et colorées d'un rapport sexuel pour ce qu'elles sont ? La performance, le rythme, la caresse, la reptation sort de massage sont les constantes habituelles des couples mais ne plus entendre pour mieux écouter, écouter le son, le bruit que fait mon sexe pénétrant le corps un garçon ou le parcourt de la langue sur les aurées de la peau n'est plus perçu que par la très ancienne mémoire de l'homme encore animal pour lequel l'ouïe est une survie. Qu'elle est la force de cette conscience si je suis le seul à la percevoir alors que nous sommes deux à baiser ? Le sexe est un frère de sang du massage qui a sa place dans ces combats de Titans que se livre tissus et sonorités face à cet homme qui veut oublier la bête qui le constitue et dont le cerveau garde tant de traces. Le massage est fin, raffiné blabla, mais quand est-ce que l'on arrètera avec cette antienne qui ne retient jamais que le côté présentable, magnifique de ce métier ? Mais non, il est crudité, vulgaire, acerbe, odeur, vivant, vieux parce que c'est ça qui me compose et ce-sont ces deux versant de moi qui font ma beauté. Le massage n'est pas sans vicères. Mettons-nous nus, déshabillons-nous des habitudes pour masser-attentif et ne faisons plus du mot "bruit" en massage un gros mot manquant de tenu. Un massage bien mené fait un bruit urbain dans tout notre être rien que par ce qu'il soulève.

    Samedi 18 juillet 2009
    Alain Cabello